Illustration bannière: Arthur de Pins.

mardi 8 décembre 2009

Un homme a critiqué mes chaussures. Paix à son âme.


Je disais donc qu'un homme a critiqué mes chaussures. Oui oui. Sans peurs, lui.

Déjà le premier entretien , il était un peu bizarre: le type me pose 4 questions, 18 minutes montre en main, il se lève d'un coup en plein milieu d'une de mes phrases, et me sors "j'ai reçu 400 candidatures, alors je vous rappelle". Peut-être je n'aurais pas dû dire "Ou pas"...


Je sors en ayant l'impression évidente d'avoir perdu mon temps. Mais, surprise, il me rappelle le lendemain.
Pour quelqu'un qui doit gérer 400 candidatures, je me dis dans le for intérieur de moi-même qu'il n'a pas du dormir beaucoup le Monsieur. Ou alors il se fout de ma gueule. Je penche pour la seconde solution.

Second entretien de recrutement.
Ça dure 1h30, il me décrit en long, en large et en travers le poste, les gens, sa boîte, les clients, balancent au passage 2 ou 3 vannes sur l'embonpoint d'untel, la grossesse d'une autre, et moi je reste bouchée bée devant tant de l'esprit puant regroupé dans le seul et même petit corps chétif.
Oh jamais je ne veux travailler ici, même pour le salaire de bâtard proposé, qui me permettait largement de vivre comme une Princesse.

Je l'écoute parler, et là, ça part en sucette. Il me dit, enfin il OSE me dire: "La première fois vous aviez des escarpins rouge vernis, là vous avez des chaussures hors du commun et des talons vertigineux: vous n'êtes pas habillé comme ça tous les jours j'espère? J'exige un certain conformisme".
J'avais une chemise noire, un jean noire et des chaussures, certes à talons, mais foncées. J'étais chic, à l'aise dans ma tenue, alors je sors de mon corps, je lui réponds "Non, juste pour les connards puants qui n'ont aucun goût", puis je reviens. En fait je n'ai rien dit, je l'ai juste regardé avec mon regard n°4, celui qui dit "Tu ne connais rien à la vie Baby, et je te merde, mais GRAVE".

Peut être j'aurais dû parler, lui dire d'aller se faire mettre direct, parce qu'il s'est permis de continuer.
Oui oui.
Il a enchainé sur mon piercing à la langue, lui "n'autorise pas ces fantaisies dans sa société, ça ne vous pose pas de problèmes j'espère". Je tiens juste à signaler que ma mère a mis 3 ans à s'en rendre compte. Alors là, je n'ai pas pu prendre sur moi, j'ai juste rigoler. Fort.

Je suis restée courtoise jusqu'au bout, même si j'avais envie de le gifler. Fort.

A la fin de l'entretien, il me précise qu'il me rappellera pour un 3ème entretien afin de me présenter les chiffres et d'évaluer une grille de salaire et bla bla bla.

Le mec qui a passé 1h30 a critiqué son équipe en place, ses clients, mes chaussures, et à osculter ma bouche.
Il a sincèrement cru que j'allais revenir à un entretien.
Il a sincèrement cru que j'allais me lever tous les matins pour lui faire gagner de l'argent.
Il a sincèrement cru que j'allais venir travailler pour lui en ballerine et tailleur bleu marine.
Il a sincèrement cru à tout ça.
Je suis émue.

10 commentaires:

Aurore a dit…

il est fou ce mec ou quoi ?
en tout cas bravo, tu es une des rares dont je lis les aventures jusqu'au bout même si j'aurai aimé pour toi, qu'il y ait une issue à ton avantage! quel idiot!!!!!!!!

Aline a dit…

Non mais le malade !! Encore un frustré de la life !!

annick a dit…

ah ouais, trop fort le gars, il veut quoi comme personnel? des nanas frustrés en tailleur jupe au dessous du genou et talon plat?

tamagochan.fr a dit…

Magnifique!... Rien que pour pouvoir nous raconter cet entretien, ça valait le coup de vivre l'expérience! Mais pourquoi tu ne l'as pas remis à sa place en direct ce cinglé?!

Alexiane de Blog Chaussures a dit…

Il est grave ce mec !!

Les chroniques d'une blonde a dit…

Il nous aura au moins fait rire ce gros con (bah oui il est tout simplement con le pauvre) !
Hey mais c'était peut-être une technique d'embauche : il testait ton sang-froid, ton degré à encaisser les critiques ou je ne sais quoi d'autre, mouais...

jacinthe a dit…

c'est quand j'entends ce genre de connerie que je me dis qu'on ne sera jamais à court d'idée pour nos blogs....
En tout chapeau bas pour ton sang froid!!!!

Anna a dit…

Ah bah elle est bien bonne celle-là dis donc !!!

Coco a dit…

Alors tu commences quand ?

Cindy a dit…

dans sa gueule les chaussures !!