Illustration bannière: Arthur de Pins.

vendredi 3 février 2012

Etes-vous heureux?

Est-ce que quand vous vous réveillez le matin, vous avez le sentiment d'être comblé?
Que vous soyez seul ou accompagné, à la ville ou à la campagne, avec ou sans emploi, est-ce que vous, derrière votre écran, êtes satisfait de vos vies?
Est-ce que vous jugez ne manquer de rien et vous suffire de ce que vous avez?
Est-ce que l'idée de changer de vie demain vous paraît incongrue ou inutile?
Est-ce que vous construisez vos rêves avec l'espoir de les voir se réaliser?

Si vous répondez oui à chacune de ces questions, c'est que le bonheur fait parti intégrante de vos vies. C'est que vous vous aimé assez pour ça, et que vous êtes quelqu'un de chanceux.

Dorénavant, je me poserais plus souvent ces questions.
Parce qu'au-delà du fait de m'être fait quitter de façon déloyale et dénuée de toute classe, je me réveillais avec un manque. Un manque d'attention, un manque de félicité, un manque de sérénité.
Je me suis contentée de ça, parce que je n'ai pas fait attention à moi. J'ai tant donné que je me suis oubliée, j'ai tout centré sur quelqu'un jusqu'à en oublier d'exister, de profiter et surtout de ressentir.

Je n'étais pas entièrement satisfaite de ma vie, mais je me voilais la face. Parce que sur le papier, j'avais tout pour être heureuse. Oui, mais tout ne veut pas dire comme il faut. J'avais un appartement, un couple et une situation. Ce qui ne suffit pas à faire de vous quelqu'un d'heureux, juste quelqu'un de "normal". Je ne veux plus me ranger dans une case pour atteindre l'image de la vie idéale. Je veux me réveiller avec le sourire, que ce soit seule ou accompagnée. Je veux que mon coeur soit apaisé et sans peur.

Je ne manquais a priori de rien, mais j'en voulais toujours plus. Si j'en voulais toujours plus, c'est que je n'étais rassurée ni sur mon couple, ni sur sa qualité. Je le sais. Des mensonges ont usé ma confiance, m'ont rendu méfiante, je n'étais ni sereine ni tranquille. L'inquiétude me rongeait. Qui est heureux en se posant milles questions, qui est heureux et cherche à l'être encore plus? Si on l'est déjà, alors pourquoi vouloir essayer de l'être? Parce que l'image du bonheur est plus facile à atteindre que le bonheur lui-même. J'ai menti. J'ai menti de la pire des façons: je me suis mentie à moi-même.

Tous les jours, l'idée de changer de vie me démangeait. Dans mes "et si...", la vie était toujours plus belle. Qui a une vie parfaite mais rêve de la changer? C'est irrationnel. J'ai rêvé si souvent de fois de changer de vie que je ne me rendais même plus compte que la mienne ne me satisfaisait pas. Je peux aujourd'hui changer ma vie. Je ne l'ai pas choisi, certes. Mais je dois voir ça comme une chance. Je me le dois, sinon je vais mourir de chagrin.

J'ai construit des rêves, pleins. Des rêves pour mon couple. Des rêves que je savais devenus utopiques. Une demande en mariage, qui reculait sans cesse. Un bébé, oui mais en fait non. Alors il est venu, puis parti. Ces rêves que j'ai si chèrement sacrifié à quelqu'un. J'ai construit des rêves qui me tenait à coeur, qui me faisait vibrer, mais qui ont été construits à deux et tenus éveillés par moi seule.

Je suis aujourd'hui loin d'être sereine. Je suis loin d'être guérie de cet abandon. La route sera difficile, mais j'ai confiance en moi.
Aujourd'hui, je dois me construire un bonheur qui ne dépendra de personne d'autre que de moi. Et l'enrichir si la vie le permet avec quelqu'un. Mais plus jamais, je ne laisserais mon épanouissement reposer sur quelqu'un.

Tous ces mois d'incertitudes et de craintes m'ont brisé, affaiblie, et ils ont volé en éclat pour laisser la place à la colère et à l'humiliation. Et surtout à la solitude. Et c'est une erreur de ma part.
Je dois me construire sur ce grand vide qu'est ma vie depuis dimanche. Un vide et aucune réponse à mes questions: j'y ai vu jusqu'à maintenant un mépris cruel, j'essaie d'y voir ce soir le plus large champ possible de ma construction. J'ai tout pour me reconstruire: le grand vide laissé est mon champ des possibles. Et à partir de rien, tout est possible.


Je n'ai pas envie de me relire. Ces mots seront sûrement décousus pour vous, mais pour moi, ce sont mes plus jolis mots. Ils ont ce que j'avais perdu: l'espoir.
Ici la neige recouvre tout, et demain matin, tout sera blanc, lisse et pure. Comme ce nouveau départ qui m'est donné.


8 commentaires:

Gazelle a dit…

C'est très clair. C'est très bien écrit, et je me suis totalement reconnue dans tes maux. C'est exactement ce cheminement là que j'ai eu lorsque que je suis partie et que j'ai quitté mon ex (chose très difficile, très très difficile). 6 ans en couple, dont 3 a être malheureuse, avec plein d'attentes, de question. J'ai mis une bonne année pour me trouver, c'est pas le bonheur chaque jour, mais je suis moi, je suis bien, et j'ai encore plein de champs possible.

On apprend de ces erreurs je te l'assure, faut juste prendre son temps.

Je te souhaite de réaliser tous tes rêves :)

Lily a dit…

s'il ya bien quelque chose que tu dois faire, c'est te relire ! Parce que ton texte (donc ton état d'esprit) est plein d'espoir et d'envie. Tu as la confiance en toi, il ne te manque qu'à façonner ton avenir, recoller les bouts de ton égo en un seul bloc inébranlable, et aller de l'avant.
Même si tu es réaliste face aux effets négatifs de cette "rupture", je ne vois que du positif dans cet article. Et n'oublie jamais qu'il n'y a rien à regretter, le plus tôt il te montrait à quel point il n'est pas quelqu'un de confiance, moins tu perds ton temps !!! Hugs

Bavardages et Medisances a dit…

@ Gazelle: je n'en suis qu'à 6 jours, ça fait toujours autant mal, mais j'ai cru mourir de douleur chaque jour, et ce n'est pas arrivé. Donc il faut que j'avance. Je sais que dans 6 mois, un an, je serais une autre personne, et ça m'aide à tenir. Et je réaliserais mes rêves, parce qu'ils sont fait pour ça.

@ Liy: j'ai relu ce matin. Comme tu le dis si justement, j'ai perdu mon temps à me voiler la face. Il a commencé à me mentir les premiers jours de notre relation. Comment pouvait-il en être autrement aujourd'hui?
Alors j'avance. Je vais avancer. Dimanche tout me paraissait irréalisable, et aujourd'hui tout me paraît possible, mais la douleur au ventre est tenace. je dois redevenir moi.

Anonyme a dit…

etre heureux ?
que veut dire ce mot exactement pourquoi on se pose toujours cette question .
la vie on la traverse avec des hauts et des bas on se plante on rencontre des personnes mais voila la vie se vit autrement la séparation fait mal mais on y court a toute vitesse car on se rencontre que c'est notre personnalité intérieur et les pleurs n'y change rien .

le bonheur est plus simple qu'on y croit mais voila on rencontre toujour les même personne
bonne soirée a vous et qui sait

Helléa a dit…

Je comprends ta situation. J'étais un peu comme ça aussi... Avant. Et puis j'ai rencontré quelqu'un de bien.
Je te souhaite de te reconstruire, et de trouver quelqu'un qui te fera ressentir du bonheur. Tous les jours. A tel point que tu n'auras peut-être plus besoin de te poser ces questions.

Bien à toi.

Helléa.

Anna a dit…

Le pire des mensonges est en effet celui qu'on se fait à soi-même. Je l'ai découvert également il y a quelques mois. Pas de la même façon que toi certes, mais je crois que c'est une vraie claque, on a du mal à se le pardonner. Mais c'est d'autant plus agréable de se "construire" une "nouvelle" vie avec au moins le sentiment d'être en accord avec nous-même. C'est dur, mais honorable.

Bavardages et Medisances a dit…

@ Anonyme: chacun son point de vue.

@ Helléa: j'espère aussi pouvoir vivre un jour sans me poser de questions. Ce que ça doit bien.... :-)

@ Anna: c'est exactement ce que je me dis chaque jour. Etre en accord avec moi-même, c'est ce que j'aurais gagné avec cette histoire. Et je trouve ça bien, au fond.

myrtille a dit…

chanceux ..on fait avec ce qu'on a ..et ce qu'on a pas ..
Oui à ta question mais je le serais vraiment quand j'aurais rencontré qqun qui a envie de prendre le temps d'etre avec moi ..de passer du temps avec moi ..de bouger avec moi ..de m'aimer comme je suis ..et pas comme on voudrait que je sois ..

bref ..c'est pas gagné :(