Illustration bannière: Arthur de Pins.

mercredi 28 octobre 2009

Peine.

Aujourd'hui, je peux dire que ma vie prend un nouveau sens, que je vais tâcher de vivre autrement, mieux, et d'aimer mieux ceux qui font ma vie.
Parce que je me prends de belles claques en ce moment, mais que celle d'hier, je refuse qu'elle reste vaine. Il va falloir qu'elle me serve à être différente, et meilleure. Il va falloir que j'apprenne à dire aux gens que je les aime.


J'ai pleins de souvenirs qui me reviennent.
Tu te rappelles?
Johann tellement saoul qu'il courait partout dans le jardin de tes parents, avec une peau de banane sur la tête, déguisé en monstre de la banane.
"Nothing Else Matters", debout sur le canapé de tes parents.
Les soirées d'hiver à regarder la télé dans ta chambre.
Les lettres d'amour que tu m'écrivais, ami éconduit, jaloux de mes premiers amoureux, près à en découdre avec celui qui osera me faire pleurer. Je les aie encore. Elles ne sont que plus précieuses aujourd'hui.
Les Gun's N Roses. Use Your Illusion. Je le connais encore par cœur.
Le jour d'été où j'ai aidé ta mère a enlevé toutes les tresses qu'elle avait sur la tête. On avait bien ri.
Et puis, et puis.

On grandi, on change d'école, on vieillit, on se marie, on a des enfants, on se perd de vue, mais on sait qui fait quoi, par la sœur de truc qui a vu le cousin de machin qui lui a dit que.
Mais toujours, avec de la place dans le cœur pour ceux avec qui ont a grandi.


Voilà.
Tu es parti hier, avant nous tous. Ça ne m'étonne pas, tu voulais être le premier tout le temps.
On sera tous là pour te dire au revoir, pour montrer à tes parents que notre enfance n'est pas loin et que malgré le temps qui passe, on n'oublie pas les amis qu'on se choisit à 17 ans.

Prépares les bières mecton, on viendra un jour les boire avec toi.

1 commentaire:

annick a dit…

très joliment dit...