Illustration bannière: Arthur de Pins.

mardi 27 octobre 2009

Les insectes sont nos amis, il faut les aimer aussi...

Alors là je te ferais remarquer que je suis dans mon grand lit, toute seule, dans ma chambre de jeune fille, toute seule et que je me sens seule, toute seule.
Je te ferais remarquer aussi qu'en même temps, être seule, on est née comme ça (enfin pas moi mais c'est une autre histoire) et on finira comme ça.

Évidemment, n'ayons pas peur des mots, passer la soirée à chanter du Johnny Hallyday debout sur un canapé avec un rouleau à pâtisserie en guise de micro (on évacue comme on peut, hein...) , à faire 128 tours de HoolaHoup à la WiiFit sur un seul pied et à boire des litrons de mojitos avec la coalision amicale de soutien post retour au bercail, ça aide, mais ça n'aide pas dans le sens où quand tu rentres, ta peine, elle est bien là à t'attendre, cette traitresse.
Évidemment, je suis saoule, un peu.
Évidemment, je l'ai ramenée dans mes cartons, cette traitresse. Je ne lui ai rien laissé de nous, j'aurais pu lui laisser au moins ça!

Je te passe l'épisode épique du déménagement, les 70 cartons qu'il a fallu se descendre du 3ème étage pour les caser 800kms plus loin chez ma mother, les 1 700kms aller retour qu'il a fallu se farcir en 48h, la pluie, la nuit qui tombe à 18h à cause du changement d'heure et que je déteste ça, et tout ce qui pourrait donner lieu de me plaindre pour ne pas dire qu'en vrai je suis profondément peinée de cet échec, profondément peinée de son comportement, à savoir qu'il ne m'adresse plus la parole et refuse de répondre à mes appels, sms et autres, mais ça, c'est fait comme dit la jeunesse.

NEXT, comme dirait ma mère.
(oui, elle est bilingue, elle aussi)
(en plus d'avoir les yeux bleus, comme sa fille)
(comme moi quoi!)

Allez, je vais me cacher sous ma couette. Hop hop hop.

1 commentaire:

annick a dit…

ta mère a de sacrées références :-)